Le blogue Solidaire Le blogue Solidaire Visiter le site de campagne

25 fév 2013


0
Billet

Sommet 2013 : Agir pour soutenir la recherche

Texte de ma deuxième intervention au Sommet sur l’enseignement supérieur. Thème : la recherche.

Lorsque j’ai pris connaissance des objectifs ambitieux du Ministre, je me suis demandée pourquoi une cure d’austérité avait été imposée  à nos chercheurs. Les centres de recherche ont des projets engagés et vont être dans l’obligation de bloquer nombre d’entre eux. Plusieurs risquent de rater le bateau et de perdre de l’expertise. Il faut sauver la recherche et mieux, y réinvestir massivement.

Un petit rappel s’impose : Le soutien à la recherche s’incarne à travers les trois Fonds de recherche du Québec (FRQ) – Santé, Nature et technologies, Société et culture – qui financent des bourses d’excellence aux étudiants de maîtrise et de doctorat, des subventions aux chercheurs (principalement des universités, mais aussi des cégeps) et des subventions aux centres de recherche. Le financement des centres de recherche incite les universités et les chercheurs à collaborer, plutôt qu’à travailler en silo et à entrer dans une compétition stérile. On peut parler d’un « modèle québécois de financement de la recherche » dont on peut être très fiers et qui tranche de façon singulière avec celui qui a cours partout ailleurs en Amérique du Nord, où l’on mise davantage sur la compétition entre les universités et les chercheurs. Cette position particulière de la recherche au Québec est enviée dans le reste du Canada, où il n’existe pas d’équivalent aux FRQ, et a donné des réalisations admirées dans le monde entier.

Or, le PQ a voulu couper dans ces fonds, ce qui est une erreur majeure, puisque ce sont eux qui préviennent les chercheurs de devoir supplier les entreprises privées de les aider. Si la recherche commerciale n’est pas une activité rentable pour les universités, la recherche universitaire indépendante (qu’elle soit fondamentale ou appliquée) est ce qui permet aux professeurs de se renouveler et à plusieurs d’entre eux de contribuer à la résolution de problématiques sociales et environnementales.

Plusieurs centres de recherche m’ont écrit, navrés et déçus des coupes dans le fonds de recherche Nature et Technologies. Je souligne que malgré le réinvestissement annoncé, la coupure dans ce fonds demeure de 15.6% . Les centres de recherche qui obtiennent des subventions de ce fonds réunissent des centaines d’étudiantes et étudiants et des dizaines de chercheurs appartenant à plusieurs universités. Dans la plupart des cas, plusieurs institutions d’enseignement travaillent en concertation. Un exemple : le Centre en chimie verte et catalyse. C’est le seul regroupement au Québec spécialisé dans la résolution de problèmes inhérents à la chimie verte et à la conversion de la biomasse. Un autre : le Centre de la science de la biodiversité du Québec qui après quelques années d’existence a démontré son rôle de chef de file en cette matière.

Je demande au gouvernement s’il est prêt à réaffirmer, comme ce fut la position traditionnelle du Québec depuis une quarantaine d’années, son soutien à la recherche, en particulier aux centres de recherche interuniversitaires financés par les FRQ? Mieux, nous lui demandons d’exaucer le voeu exprimé en octobre 2011 par le scientifique-en-chef du Québec, M. Quirion, de doubler le financement des FRQ d’ici cinq ans.

  • éducation
  • sommet