Le blogue Solidaire Le blogue Solidaire Visiter le site de campagne



0
Billet

Ma première question de députée de Gouin à l’Assemblée nationale

Pour reprendre les billets de ce blogue, j’ai choisi de partager avec vous ma première question à l’Assemblée nationale en tant que députée de Gouin. Elle concerne la pauvreté et les inégalités sociales, des thématiques qui sont trop peu abordées par les autres partis politiques. Il est pourtant urgent d’agir :

« Dans son discours d’ouverture, la Première ministre annonce les couleurs de son gouvernement. Parmi ses priorités figure  la solidarité.

Le mot pauvreté n’apparaît pas dans ce discours.  Le Collectif pour un Québec sans pauvreté nous rappelle pourtant qu’en 2012, 750 000 femmes, hommes et enfants  ne réussissent pas à couvrir leurs besoins. Au Québec, une personne sur 10 doit faire des choix insupportables entre l’alimentation, le logement, l’habillement et le transport.

La lutte à la pauvreté ne doit pas faire les frais d’une orientation budgétaire axée sur l’austérité. Le Québec est suffisamment riche pour permettre à toutes et à tous d’avoir une vie digne.

Le Ministre des finances s’engage-t-il à ce que le prochain budget permette aux 750 000 personnes vivant dans la plus grande pauvreté de couvrir leurs besoins de base ?

Seconde partie de la question: 

Au Québec, 400 000 personnes ont recours aux banques alimentaires pour se nourrir. On parle d’une hausse de 17% cette année.

 Tout le monde le sait : il est impossible de joindre les deux bouts avec aussi peu que 591 dollars par mois à l’aide sociale.

 Est-ce que le Ministre des finances convient avec nous qu’il est indécent que les plus pauvres de notre société doivent survivre avec moins de 600 $ par mois ? Va-t-il y remédier dans le prochain budget ?

Troisième partie de la question:

À l’aide sociale et à l’aide aux études, les pensions alimentaires sont considérées comme un revenu de travail. Elles sont coupées des montants versés aux mères même s’il s’agit d’un soutien aux enfants. La Cour suprême a rendu une décision là-dessus.

 Mardi, la Première ministre disait en chambre «À chaque fois que je pourrai prendre une décision qui fait avancer les conditions de vie des femmes, je le ferai».

 Je demande au ministre des finances s’il a l’intention d’éliminer cette injustice au prochain budget ».