Le blogue Solidaire Le blogue Solidaire Visiter le site de campagne

2 avr 2013


0
Billet

L’aveuglement volontaire

La semaine dernière j’ai voulu faire adopter une motion en Chambre pour que les partis s’engagent à rembourser l’ensemble des dons illégaux reçus de la part d’entreprises au fil des années. Pas seulement pour les cinq dernières années comme le suggère le Directeur général des élections, mais tous les dons illégaux que révélerait la Commission Charbonneau pour la période de 15 ans que couvre son mandat.

Une étrange alliance s’est alors formée. Le Parti québécois s’est parfaitement aligné avec le Parti libéral pour battre ma motion et en faire adopter une autre qui limite l’engagement de remboursement aux cinq dernières années.

Voilà donc tout le leadership moral dont sont capables les vieux partis : se cacher derrière des détails techniques pour échapper à leurs responsabilités. Pendant les dernières décennies, ces deux vieux partis se sont échangé le pouvoir et ont fait leurs élections avec l’argent sale de la corruption et de la collusion. Aujourd’hui, ces mêmes deux vieux partis se couvrent mutuellement quand vient le temps de rembourser.

Si votre voisin vous volait 1 000 $ et refusait de rembourser sous prétexte que ça fait plus de cinq ans qu’il a commis le larcin, vous ne la trouveriez pas drôle. C’est exactement ce que le PQ et le PLQ tentent de faire dans le cas des millions reçus des firmes de génies, des entreprises de constructions et de cabinets de services professionnels au fil des années.

Quelle légitimité peuvent maintenant avoir Philippe Couillard et Pauline Marois quand il parleront d’intégrité à l’avenir?

Nier l’évidence

Les partis veulent nous faire croire qu’ils ne savaient rien des stratagèmes utilisés par les entreprises pour les financer. Pourtant, les vieux partis avaient tous des collecteurs spécialisés dans les levées de fonds auprès des milieux d’affaires. Les dons entraient par millions par cette porte. Je suppose qu’au-delà d’un certain montant, l’argent rend aveugle!

Quand la première ministre affirme qu’elle ne savait rien de ce qui se passait dans son parti, c’est une insulte à l’intelligence. Elle nous sert la même réponse que Gérald Tremblay ou les chefs libéraux, Jean Charest et Philippe Couillard. Au mieux c’est de l’aveuglement volontaire, au pire c’est de l’incompétence. Toute personne avec une once d’attention qui suit la politique est au courant des manœuvres de financement illégales.  Je rappelle à Mme Marois que sa propre campagne à la chefferie a été financée presque en totalité par de l’argent des firmes d’ingénieurs.

En mars 2010, nous avons révélé un système de prête-nom qui permettait à certaines firmes de génie-conseil de contribuer généreusement à la caisse du PLQ, du PQ et de l’ADQ. Nous avons poursuivi nos recherches en 2011 et 2012. En mai dernier, nous avons déposé un rapport démontrant que le stratagème était très répandu et utilisé également par des cabinets d’avocats et de comptables, ainsi que des entreprises de construction. (http://goo.gl/NkD3e)

Bref, ceux qui prétendent aujourd’hui ne rien avoir vu, ne rien avoir entendu n’ont aucune crédibilité. Si nous pouvions voir tout ça de l’extérieur, par quel miracle Pauline Marois et Philippe Couillard n’ont rien su avant que la Commission Charbonneau ne fasse éclater la vérité?

Ici, vous pouvez constater comment le gouvernement esquive mes questions sur le sujet. Édifiant!