Le blogue Solidaire Le blogue Solidaire Visiter le site de campagne

23 déc 2012


0
Billet

C’est comment à l’Assemblée nationale?

Depuis le 30 octobre, jour où l’Assemblée nationale a débuté ses travaux, on me pose beaucoup cette question. Car, que voient mes concitoyens et concitoyennes des travaux de cette auguste assemblée? L’éternelle période de questions. À la culture immuable, dirait-on. Une culture faite de théâtre, d’effets de toge, de propos à l’humour parfois drôle, parfois douteux, d’agressivité et de compétition.

C’est comment à l’Assemblée nationale? C’est bien mieux que ce que la population en voit car la période de questions, après tout, ne dure que trois heures par semaine. Trois heures seulement…mais on dirait que pour monsieur et madame tout le monde, le travail des députés-es se résume à ces trois heures. De quoi décourager bien des gens qui se demandent si, franchement, il vaut la peine de nous payer pour nous donner ainsi en spectacle.

Je répondrais ceci. Oui il y a des questions impertinentes, quelquefois bizarres, trop partisanes et sur un ton trop virulent. Il y a par contre des questions qui en valent la peine. Comme ce matin où Sylvie Roy a demandé au Ministre de la santé s’il était normal qu’une direction de résidence pour aînés-es ait donné l’ordre de changer les couches des personnes âgées incontinentes seulement si elles étaient « remplies à 80% de leur capacité ». Cette question m’a frappée plus que toute autre. Le silence qui a alors régné dans le Salon bleu était éloquent. Serions-nous rendus à ce degré de déshumanisation? C’est ça les conséquences des coupures, des privatisations? Le ministre a répondu avec sérieux qu’il agirait avec diligence.

Nous avons besoin d’une période de questions. Il faut cependant en changer la culture pour que les affrontements stériles laissent place à plus de coopération sans exclure les débats nécessaires en démocratie. Mais j’ajoute ceci : le travail parlementaire, c’est bien plus que la période de questions. Durant la session écoulée, par exemple, Amir Khadir et moi avons déposé deux projets de lois et plusieurs motions sur des sujets comme le calcul des pensions alimentaires pour enfants dans les revenus des mères à l’aide sociale, ou la prise en compte du nouveau statut du peuple palestinien à l’ONU. Nous avons réagi au discours inaugural de Pauline Marois, puis au budget et aux crédits, exprimant notre déception devant des mesures issues tout droit d’une pensée libérale. Nous avons participé à des commissions parlementaires, là où un travail considérable est abattu avec rigueur pour améliorer les projets de lois qui sont sur la table. Par exemple, sur le financement des partis politiques, j’ai pu plaider avec succès la cause des partis émergents. Voilà l’essentiel de notre travail. Il se fait dans le respect des opinions divergentes. Plusieurs recherchent les  compromis nécessaires à la mise en œuvre de politiques utiles à nos concitoyennes et concitoyens.

J’aime ce travail qui demande de la fermeté sur les principes et de la souplesse dans leur application. J’adore aussi mon travail de députée dans Gouin. J’y ai des racines profondes. Rosemont-La Petite-Patrie est un quartier vivant, engagé. Dans un autre blogue, je vous raconterai ce que j’y fais, avec une équipe formidable.

Pour l’instant, qu’il me suffise, encore une fois, de remercier tous ceux et celles qui m’ont accordé leur confiance le 4 septembre dernier.

De très heureuses Fêtes à tout le monde. Et une année 2013 qui nous rapproche de la justice et de la paix.

  • Assemblée nationale
  • bilan